La Prog

La carte
adhérent =

accès à tous
les concerts

en savoir plus
Réservez
en ligne

vos places
de concert

programmation concerts

25
Sep
2018
20:30

Caylah Slam

Au PARI  

bientôt disponible

Tarif normal : 5 , Tarif réduit : 5 €, Tarif adhérent : 0 €




À seulement 24 ans, Caylah, Malgache originaire d’Antananarivo, est un phénomène puissant. Repérée sur Youtube, avec son clip « Madagascar », en janvier 2016, la jeune femme a engrangé plus de 100.000 vues en un mois, dans un pays, où à peine 5 % de la population ont accès à Internet. Un succès fulgurant qui, après son titre de championne par équipe au slam national 2014 aux côtés de deux autres slameurs, Benson et Poun, lui permet d’enchaîner les concerts dans les bars de la capitale, puis dans les salles de province, les Instituts Français de la Grande Ile, enfin à l’étranger. 
 
Caylah est une artiste improvisatrice. Son talent : elle le met au service des grandes causes, comme la dénonciation des difficultés sociales dans son pays, le soutien aux femmes battues, l’accompagnement des filles-mères. Elle organise d’ailleurs, pour l’association « Aina Enfance et Avenir », des ateliers de slamothérapie, qu’elle a conçus pour libérer la parole des victimes. « Guérir les maux par les mots », tel est sa devise. « C’est éveiller les sens, redonner confiance à la personne, l’amener à s’accepter telle qu’elle est, c’est tout un processus où on commence par chercher le vrai fondement du problème par rapport aux situations que l’on a vécues, se remettre en question», explique-t -elle.
 
 
Longue chevelure bouclée, dissimulée sous une large capuche, absorbée par ses textes, Caylah arpente les rues d’Antananarivo sous la pluie, à la recherche de l’inspiration, dans les bas quartiers, comme dans les endroits les plus huppés de la capitale de Madagascar. Elle parle aux gens, vit parmi eux, vibre de leur récit, qu’elle met en musique. « Madagascar, terre sainte, terre riche d’histoire s’est fait souiller par les colons […] Madagascar, aujourd’hui tu es souillée par le Malgache en costard. Liberté-égalité ? La corruption règne, les riches s’enrichissent, les Malgaches s’entre-tuent. ». À RFI, Caylah confie « C’était plus un cri du cœur pour moi». 
 
Le message c’est que la situation politique à Madagascar n’évolue pas. Les gens, ils sont encore dans la misère. Mais dans le texte on peut dire que j’attaque tout le monde. C’est pour faire un peu changer la mentalité des gens et éveiller les consciences des gens. ».

Réalisation : Agence Multimedia Otidea